Page d’exemple

Fraude sur la carte bancaire : comment se faire rembourser ?

Depuis quelques années, des millions d’euros ont été détournés frauduleusement sur Internet. Le principal critère de cette incrimination est que la transaction n’a pas été autorisée par le titulaire de la carte de crédit. On sait que les moyens utilisés par les escrocs sont divers et de plus en plus novateurs. La fraude consiste, par exemple, à voler le document confidentiel sur les cartes ou par le biais de sites Web malhonnêtes. Comment réagissons-nous à ces situations ? Et comment se faire rembourser ?

Comment réagir en cas de fraude ?

Si vous découvrez des paiements ou des virements suspects à partir de votre compte, vous devrez agir rapidement. La première étape est d’aviser votre banque des paiements anormaux et de demander une opposition, même si vous avez toujours votre carte de crédit. Vous pouvez également envoyer une lettre à la banque en expliquant la situation afin de bénéficier d’un remboursement immédiat. Si votre banquier vous demande de porter plainte ou de prendre d’autres mesures, rappelez-lui votre droit. Et surtout, n’hésitez pas à poursuivre votre recherche d’informations sur les prochaines procédures à entamer.

Comment se faire rembourser ?

Une fois ses formalités accomplies, la banque doit vous dédommager immédiatement et est légalement obligée de le faire. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez faire appel au médiateur interne de votre organisme ou à l’intermédiaire du secteur bancaire. En cas de non-remboursement, il appartient à la banque de fournir les preuves nécessaires. Dans de très rares cas, le titulaire de la carte de crédit peut être tenu pour responsable, si ce dernier a été particulièrement fautif ou imprudent dans la conduite frauduleuse. Citons par exemple, le client lui-même avait signé son code secret au verso de la carte, ou il l’avait inscrit sur une feuille de papier, etc. Mais, c’est à la banque de prouver cette négligence.



Tout connaître des cartes virtuelles

  L’envoi de cartes virtuelles est de plus en plus apprécié par les internautes. Que ce soit pour une simple carte de souhait ou pour faire part d’un événement heureux, on l’apprécie aux cartes traditionnelles. Mais comment cette carte a-t-elle vu le jour et quelles en sont ses déclinaisons ?

Petite historique sur la carte virtuelle

La présence de la carte virtuelle sur le marché et son utilisation ne datent pas d’hier. C’est un type de carte qui a vu le jour dans les années 90 et dont le concepteur est Judith Donath. Au fil des années, la configuration de ces cartes ont évolué et on peut même avoir des cartes animées qui peuvent être envoyées via toutes sortes de plateforme et consultables sur n’importe quel support de communication digital, actuellement. Au fil des années, l’e-card a évolué avec le développement de la technologie de communication et surtout, l’avènement de l’outil internet qui permet de plus en plus l’interaction entre les internautes. Par ailleurs, une autre évolution constaté sur la carte virtuelle c’est la possibilité de partager des faire-part. Cependant, ce type d’invitation n’est pas en lui-même, la carte. Il permet d’envoyer un code, par mail, ou sur les réseaux sociaux, qui aura la tâche de rediriger le destinataire vers l’invitation qui se trouve dans l’e-card. C’est un moyen qui permet de sécuriser le contenu de l’invitation. Par ailleurs, c’est au moment de la création du world wide webbers qu’on a entendu pour la première fois, parler de la carte électronique ou virtuelle. En ce temps-là, en 1995, c’est Judith Donath qui a envoyé la première carte postale via internet. Dans ses débuts, seuls 20 cartes ont été envoyés. Un an après, 2 millions d’e-cards on trouvé leurs destinataires. Depuis cette année, l’envoi de ce type de carte n’a cessé d’évoluer.

les différents types de cartes virtuelle existants

Aujourd’hui, on peut trouver différentes formes et formats d’e-cards. Elles peuvent être statiques ou animées, en format jpeg ou gif, mais aussi, de différentes tailles. On peut également utiliser des cartes qui ont des formats MMS, à envoyer par smartphone, ou en version web pour les pages sur internet. Pour les plus récentes, elles sont sous format flash. Ces dernières sont animées et permettent de voir des images dynamiques en 2D. Si vous avez un logiciel Adobe sur votre appareil, il est possible de lire ce type de format. La carte peut alors diffuser une image animée qui peut durer jusqu’à 30s.



Comment mettre en place un serveur dans un réseau ?

Quand on parle de serveur, on pense toujours qu’on aura besoin d’un ordinateur de la dernière génération. Ce qui n’est pas vraiment le cas. Le serveur est à installer selon les besoins de l’entreprise ou de son utilisateur. Les matériels y afférents dépendront de ce fait, du besoin et de l’utilisation. Cependant, il est important que le matériel soit évolutif, qu’il ait les différents logiciels utiles et que le serveur soit intégré au réseau.

Bien choisir les logiciels

Avant de choisir les logiciels, il faut connaitre deux points très importants. Le premier est d’installer un système selon vos besoins. Ceci vous permettra ensuite, d’opter pour des logiciels libres ou des solutions propriétaires. Secundo, n’installez que les solutions dont vous avez besoin et qui ne risquent pas de ralentir votre système et donc, la production. Ensuite, dès que vous aurez les bons logiciels, il faut bien gérer leurs licences. Veillez à ne jamais utiliser un logiciel contrefait sur le serveur, car cela peut engendrer des conséquences néfastes et irréversibles. Pour éviter tous risques dans ce cas, installez les logiciels que votre client aura besoin, directement sur son appareil. Ce sera aussi à lui de gérer la licence dans ce cas. Pour ceux qui donnent accès au logiciel à différents utilisateurs, en simultané, il est nécessaire d’avoir une licence simultanée pour un accès par les différents utilisateurs. Dans tous les cas, pour les ordinateurs connectés au serveur, il est conseillé de le sécuriser en limitant l’installation de logiciel par l’utilisateur. Autrement, il y aura un conflit dans la licence que vous avez.

Insérer le serveur au niveau du réseau

Les serveurs sont des appareils puissants qui centralisent les données et qui doivent être intégrés à un réseau. Ainsi, quand on intègre le serveur sur le réseau, ce dernier devra avoir un meilleur débit internet que pour les autres ordinateurs. Cette action permet aussi de bien répartir les accès pour les utilisateurs. En effet, les bandes passantes consommées concernent surtout l’échange de fichiers. Si le débit est plus réduit au niveau des utilisateurs, il n’y aura pas trop d’impact sur le serveur et son débit de connexion. Ainsi, au niveau de l’utilisateur, il est recommandé de se limiter à une moyenne de 10Mbits si ce dernier ne transfert pas un gros volume de fichier. Pour le serveur, il est préférable de monter jusqu’à 100 Mbits ou 1Gbits au niveau du serveur pour bien répartir le débit.



Booster son référencement naturel avec le guest blogging triangulaire

Le guest blogging triangulaire est un partage d’articles invités entre au moins trois bloggeurs sans faire d’échange réciproque. Cette solution vient pallier au problème de l’échange classique de liens qui est perçu par Google comme un levier artificiel du SEO.

Comment fonctionne cette stratégie SEO ?

Le plus difficile avec le marketing digital est de réussir son référencement naturel. Toutefois, il reste plus apprécié des moteurs de recherche que le référencement payant. Heureusement, il existe des moyens de le booster comme le guest blogging triangulaire. Il s’agit de mettre en place un échange de liens propres vis-à-vis de Google. Trois bloggers s’échangent de manière linéaire des articles invités pour démultiplier les liens entrants sur chacun de leurs blogs. Il s’agit d’une stratégie de netlinking réfléchie. D’abord, le premier blog crée un article unique avec des backlinks vers le deuxième blog. Ensuite, le deuxième blog crée un article pour le troisième blog. Enfin, le troisième blog crée un article pour le premier blog. Il n’y a aucun échange réciproque entre deux blogs. La base est de travailler en trois, d’où l’appellation triangulaire. Mais, il est tout à fait possible de travailler à plusieurs pour optimiser le résultat.

Comment renforcer cette stratégie SEO ?

Il faut créer un team de blogueurs pour échanger des articles invités sans réciprocité. Le deal est alors d’être publié autant de fois que vous publiez pour d’autres sites. Sans échange réciproque, il serait plus difficile pour Google de détecter un stratagème artificiel. Néanmoins, ne montez pas n’importe comment votre team de blogueurs. Il faut des blogs dont les thématiques sont similaires ou complémentaires. Il ne faut pas forcer l’échange d’articles invités avec des liens qui ne proposent pas une dimension pérenne.



Quelques astuces pour la récupération des SMS supprimés sur votre iPhone

Tout le monde peut en être victime ! En effet, il est possible que par inadvertance, on supprime un SMS dans notre boite de réception de smartphone. Si vous en êtes victime et que vous utilisiez un appareil iPhone, sachez qu’il est possible de récupérer les messages supprimés en usant de quelques astuces.

Avant de perdre, pensez à sauvegarder

Les SMS perdent, certes, de plus en plus de terrain en termes d’usage chez les utilisateurs de smartphone au profit de Messenger, de Snapchat et autres. Cependant, c’est toujours un outil de communication idéal pour envoyer et recevoir des messages rapides. C’est la solution qui permet, en effet, de faire un envoi de message court et rapide, mais aussi, d’envoyer des messages photos en MMS ainsi que des vidéos de très courte durée. Dans la réception de ces messages par contre, il est possible qu’on fasse une fausse manipulation qui supprime par mégarde le texte, la vidéo ou la photo qui peut être très important. Si vous utilisez un iPhone, sachez qu’il est parfaitement possible d’en faire la récupération. Et c’est une démarche très facile. Pour ce faire, vous devez consulter l’application iTunes. Il faut toutefois, prendre soin d’avoir activé l’option de sauvegarde automatique avant l’utilisation de l’appareil. Le système de sauvegarde de iTunes vous permettra ainsi, de restaurer les messages effacés. Pour cette procédure, branchez votre iPhone à un ordinateur Mac. Ensuite, activez iTunes. Une fois que l’application est lancée, vous devez entrer dans « fichier », puis accéder à « appareils » et continuer sur « sauvegarder ». Pour la récupération des données supprimées, faites la même démarche, mais au lieu de sauvegarder, choisissez « restaurer ». Il suffit ensuite, de faire la sélection des fichiers qui ont été enregistrés les plus récemment.

Que faire si cela ne marche pas ?

Si cette première solution venait à faire faux bond, il est possible de passer par un logiciel tiers. Pour ce faire, vous devez télécharger et installer PhoneRescue ou Apowersoft. Ces derniers vont alors, analyser les fichiers qui ont été sauvegardés au niveau de l’application iTunes. Ces logiciels ont la capacité de récupérer tous vos anciens messages et sans pertes, que ce soit des SMS, des MMS ou même, vos messageries vocales. Toutefois, il faut savoir que le service de ces logiciels n’est pas gratuit. Il faudra débourser une certaine somme pour la récupération. Une licence comme chez Apowersoft peut alors vous couter jusqu’à 39.95 euros.



Les astuces pour réussir un excellent selfie

Le selfie est l’un des divertissements favoris des jeunes actuels. En général, on s’attend toujours à un reflet positif de soi, alors que ce n’est pas toujours le cas. Qui ne voudrait pas réussir son selfie ? Voici les quatre éléments essentiels à prendre en compte pour réussir un excellent selfie.

La lumière

Tout commence par la vérification de l’illumination de l’endroit où vous prenez la photo. Il est préférable de choisir un fond avec un éclairage intense et d’éviter les lieux non éclairés. Il faut également savoir régler l’éclairage du téléphone. Néanmoins, il existe encore des filtres qui permettront d’améliorer la qualité de l’image une fois qu’on les insère sur les réseaux sociaux.

Le fond de l’image

Pour donner de l’esthétique à l’image, il est important de sélectionner le lieu, c’est-à-dire le fond d’écran. Ainsi, l’idéal est d’opter pour des endroits plus tranquilles et agréables à la vue. Donc, évitez de vous prendre en photo quand vous êtes au milieu de la foule, car vous risquerez d’être dissimulé et l’image risque de ne pas bien sortir. Évitez également les places désordonnées et mal rangées.

Le cadrage

D’habitude, le selfie se fait avec une seule main. Il est alors évident que ce sera difficile de cadrer la photo. La clé est de ne pas trop tendre le bras pour éviter qu’il soit mis en gros plan sur l’image. À chaque prise, il faut toujours tenir cela en compte et essayer de trouver le bon angle. Il existe aussi les perches selfie qui pourront vous aider à maîtriser la hauteur de votre prise et la distance voulue. En plus, avec une perche à selfie, l’appareil peut être déclenché facilement, sans aucun risque et avec le bon angle.

La pose

Actuellement, la pose trop excessive n’est plus très à la mode. Essayer d’autre pose qui vous livrera un portrait original et simple. L’objectif est de ne pas montrer que c’est vous qui avez pris la photo vu que c’est la tendance du jour. Si vous faites un selfie de groupe, il est préférable que ce soit la personne sur le côté qui tient l’appareil et qu’elle l’élève assez haut pour obtenir une image bien élargie. Ayez toujours le regard vers l’objectif et évitez de pointer les yeux en dessous.

 



Quels sont les principaux objectifs du Content Marketing ?

 

Le content marketing est une discipline qui consiste à diffuser régulièrement des contenus dans l’espoir d’attirer l’attention sur la marque. Les publications peuvent être informatives, ludiques ou pratiques. Voici un rappel sur les principaux objectifs de cette jeune branche de la science mercatique.

 

Le marketing de contenus véhicule les valeurs de la marque

Le principal objectif du content marketing serait de faire connaître les valeurs auxquelles la marque tient. Les travaux rédactionnels, vidéos ou photos diffusés un peu partout servent à parler d’un produit, sans nécessairement inciter à l’achat. Dans certains cas, le diffuseur du message se contente même de divertir l’assistance. En sommes, le content marketing n’obéit pas à une logique mercantile. Cette attribution revient davantage à la publicité.

 

La pratique vise à gagner en visibilité

 

Légèrement différent de la publicité institutionnelle, le marketing de contenu vise à mettre en place la notoriété d’une marque. Cela lui permettra d’exister pendant des années. En effet, les messages purement publicitaires sont souvent rattachés à des produits donnés. La publicité disparaît quasi définitivement lorsque le cycle de vie du produit arrive à son terme. Avec le marketing de contenu, les vidéos postées il y a une dizaine d’années peuvent encore être visionnées, les textes rédigés depuis belle lurette peuvent encore être lus.

 

Créer du trafic et générer des interactions autour des produits

 

Le content marketing cherche ainsi à attirer l’attention avec des contenus qui méritent effectivement d’être découverts. Les marques font appel à des professionnels, notamment des agences de communication pour produire des vidéos ou des textes de qualité. Tant mieux si les séquences d’images ou les articles font le buzz. Quelques parts, la finalité de toute la pratique consiste aussi à créer la vague autour d’une marque. Par la même occasion, si la manœuvre permet de tisser une sorte d’attachement de la part des clients, ce serait l’idéal.

 



Comment refroidir son Smartphone ?

 

La surchauffe est l’un des principaux problèmes des androïdes. Il arrive qu’ils s’éteignent automatiquement et effectuent une sorte de révolte contre nos usages excessifs. Ces quelques conseils vous seront utiles si jamais vous serez confronté à ce genre de problème et que vous comptez refroidir rapidement votre Smartphone.

 

L’application des gestes simples

 

Il est nécessaire de noter que la surchauffe des Smartphones n’est pas anormale. C’est une chose fréquente qui survient généralement après le rechargement du téléphone ou après le lancement de lourdes applications comme la lecture d’une vidéo ou l’application de jeux. Cela provoque une augmentation de température et finit par entraîner le phénomène de surchauffe qui n’est guère alarmante. Dans ces cas, il suffit juste de laisser en pose l’appareil, de fermer toutes applications et d’attendre qu’il se refroidisse tout seul. Par ailleurs, il ne faut jamais oublier que les Smartphones n’aiment pas trop le soleil. Il est donc fortement déconseillé de le laisser sous le soleil dans la voiture lors des trajets, près des fenêtres ou du feu à la maison. Pensez à toujours le placer dans un endroit moins encombré et bien aéré.

 

La fermeture des applications inutiles

 

La préservation contre le soleil n’est pas suffisante pour éviter ce problème. Il vaut mieux éviter d’alourdir le processeur. L’ouverture de plusieurs applications en même temps pourrait entraîner la surchauffe du Smartphone. Et n’oubliez pas de toujours effectuer la désactivation lorsque vous ne l’utilisez pas. Par ailleurs, n’activez que la seule application, dont vous aurez vraiment besoin. Par exemple, le fait d’activer le GPS dans un avion ou dans le train est totalement aberrant.

 

L’utilisation des housses adaptées

 

L’utilisation d’une coque est à la fois une manière de protéger et de décorer le Smartphone. Toutefois, cela demande une grande vigilance, car dans le cas où la coque n’est pas adaptée à votre téléphone, il pourrait entraîner un problème de surchauffe. L’idéal est donc de n’utiliser que celui livrer avec ses accessoires lors de l’achat du téléphone.

 

L’utilisation d’une application spécifique

 

Actuellement il existe des applications qui servent à vérifier et à stabiliser la température des Smartphones. Sans toucher à la performance du processeur, ce genre d’application arrive à stabiliser la température du mobile à moins de 30°C. Néanmoins, leur utilisation demande une grande vigilance pour éviter l’épuisement et la réduction de l’autonomie de l’appareil.

 



Les caractéristiques d’un vrai informaticien

 

Vous êtes informaticien ou vous envisagez de l’être ? Voici des conseils qui pourront vous aider à devenir le meilleur dans ce domaine.

 

Il faut avoir de la passion

 

Même si l’informatique est très tendance et est toujours en pleine évolution, vous ne pouvez pas vous intégrer totalement dans le domaine si vous n’avez pas de la passion pour la matière. En effet, pour pouvoir exercer en toute tranquillité le métier d’informaticien et pour pouvoir évoluer facilement dans le cadre du travail, il faut avoir de la passion et de l’amour pour l’informatique. Il faut que ça soit dans le sang, car l’univers de l’informatique est complexe et il est très facile de s’en lasser s’il n’y a pas de la passion.

 

Il faut savoir persévérer et avoir l’esprit créatif

 

Un bon informaticien n’est jamais satisfait. Peu importe votre travail ou votre projet, en équipe ou individuellement, apprenez à critiquer et à chercher toujours le moyen d’améliorer les choses. Un informaticien est un chercheur éternel qui n’a nullement le droit de se satisfaire de ses connaissances. Mais surtout, ayez une attitude persévérante. Soyez toujours certain de ce que vous faites et ne montrez jamais un moment de faiblesse ou de désespoir face à un client. C’est ce que ferait un bon informaticien. Le découragement n’a guère sa place dans ce domaine. Si vous vous sentez dans une situation d’impasse, ne vous avouez jamais vaincu, cherchez une autre manière de vous en sortir.

 

Il faut être un bon vendeur

 

Que vous le vouliez ou non, vous êtes un prestataire de service. Même si vous êtes compétent dans votre domaine, le monde commercial va toujours de pair avec le métier d’un informaticien. Qui voudrait engager ou solliciter le service d’un homme timide qui ne sait pas s’exprimer et communiquer ? Ainsi, soyez sociable et ayez l’habitude d’offrir votre sourire, car c’est ce que ferait un bon informaticien. Soyez aussi patient et essayez de donner le maximum de satisfaction à vos clients, bien qu’ils ne sachent rien dans ce milieu. Dites-vous qu’ils ont aussi envie de savoir la source du problème pour pouvoir entretenir facilement leur machine. Plus vous livrez une meilleure image de vous, plus vous vous ferez une publicité.

 



Nettoyer son PC : en quoi cela consiste-t-il ?

 

En cas de panne fréquente ou en présence d’un virus, quand on fait appel à un informaticien, on nous conseille souvent de nettoyer son PC. Mais en quoi cela consiste-t-il réellement ? Là est la question.

 

Se débarrasser des dossiers encombrants

Finance

Nettoyer son PC consiste surtout à se débarrasser des dossiers encombrants. Ce peut être des logiciels, beaucoup de fichiers Word ou.txt, des images et des vidéos, etc. L’objectif est simple : redonner un peu de marge de manœuvre à l’ordinateur pour qu’il retrouve sa puissance d’an temps.

Pour nettoyer un PC, il n’est pas obligatoire de demander l’aide d’un informaticien. Il suffit de faire « cntrl+suppr ». Après tout, malgré tout le savoir-faire de ce genre de professionnel, on est les seuls à décider quels sont les documents que l’on peut effacer. Néanmoins, l’avis d’un expert pourrait faciliter les choses. Ces derniers disposent en effet d’un logiciel qui pourra faire un diagnostic complet du système. Il donnera la liste des documents et logiciels les plus encombrants. De quoi accélérer les choses.

 

Réagencer son bureau

 

Nettoyer un PC peut aussi avoir un autre sens : le fait de réagencer son écran d’accueil. Au fil des ans, le bureau devient un fouillis, où on peut trouver des centaines de dossiers différents. On a du mal à s’y retrouver. Il faut prendre plusieurs heures pour tout stocker.

Revoir l’écran d’accueil de son ordinateur a un enjeu plus important que l’esthétique de l’appareil. Certes, un PC est bien plus ergonomique et plus convivial avec moins de classement sur le bureau, mais en effaçant certains fichiers de cet espace, on l’efface également du disque D. En ce sens, on impacte aussi sur la performance de son appareil.



Informatique et sécurité : les erreurs à éviter sur le Net

 

Il est loin le temps où on pouvait utiliser internet sans se préoccuper des risques. Aujourd’hui, les piratages, les usurpations d’identités et les malwares inquiètent énormément de personnes. Ce peut être les simples particuliers comme les informaticiens. Selon les recherches, certains internautes sont plus susceptibles d’être victimes de piratage que d’autres. Pour ne pas en faire partie justement, voici les quelques erreurs à ne pas faire pendant que l’on surfe sur le web.

 

Accepter les abonnements aux newsletters

 

Depuis la loi sur la protection des données personnelles et virtuelles, les blogs doivent demander les permissions aux internautes avant d’envoyer des newsletters. Si certains évitent d’accepter ce genre de prestation par principe, mais surtout pour éviter d’encombrer leur boite mail, d’autres se laissent tout de même tenter. Il faut éviter.

Les abonnements aux newsletters impliquent que l’on doit fournir des données un peu plus confidentielles. Ces dernières peuvent être facilement détournées par les pirates.

 

Donner le code confidentiel de sa carte bancaire

 

Par ailleurs, même pendant le règlement de ses courses en ligne, il faut éviter de divulguer dans des formulaires les codes confidentiels de sa carte bancaire. C’est notamment ainsi que la majorité des consommateurs se font voler leur identité.

Il ne faut pas se fier aux mails d’arnaques qui proposent une récompense juteuse à condition de donner son relevé d’identité bancaire. C’est une technique des plus répandue, utilisée par les malfaiteurs pour soulager les simplets de leurs avoirs à la banque.

 

Utiliser les outils de géolocalisation des plateformes de réseaux sociaux

Facebook, Twitter et bien d’autres plateformes de réseaux sociaux proposent désormais des logiciels de géolocalisation. Pour sa sécurité, il vaudrait mieux s’abstenir d’en faire usage. Les amis et les followres ne sont pas les seuls à pouvoir suivre les déplacements à la trace avec ce genre de programme. Les malfaiteurs le peuvent également.

 



Digitalisation : quand les Smartphones révolutionnent la création de site web

Pour se faire un nom sur le marché, les prestataires auront besoin d’une carte de visite virtuelle. Mais avec l’arrivée de la connexion mobile et des Smartphones ultra performante, même la création de ces sites web n’est plus la même chose. Le point.

 

Tout savoir sur les sites responsives

La tendance est actuellement aux sites responsives. Ce sont les sites qui peuvent s’adapter aux écrans de Smartphone et de tablette comme à ceux des ordinateurs. Les interfaces varient en taille et en style en fonction de l’écran que l’internaute utilise. Ainsi, on évite la latence et les bugs quand on fait des recherches via les appareils mobiles.

Les sites responsives sont soutenus par une envie toujours plus importante de visibilité de la part des prestataires de service. Conscient que plus de la moitié des consommateurs font actuellement des recherches via leur appareil mobile, et que la plupart se découragent à cause de la difficulté d’ouverture des sites classiques sur les petits écrans, les entreprises ne peuvent plus se permettre le luxe d’ignorer cette tendance.

 

Un codage différent

 

Les sites responsives utilisent des techniques de codage différent. Ce qui explique d’ailleurs le prix majoré pour la création d’une telle plateforme. D’ailleurs, il faut un spécialiste en la matière pour créer ce genre de site. Les simples informaticiens webmasters ne peuvent le faire à moins de suivre des cours de perfectionnement.

Par contre, site responsive ou non, la page professionnelle se doit d’être ergonomique, facile à utiliser et design. Il doit non seulement présenter la société, mais aussi les différents biens et services disponibles. Il en va de la visibilité de la marque sur le marché. Pour ce faire, les experts choisissent avec soin les caractères, les couleurs et la taille des polices à utiliser dans la création des contenus web.